• Pierre-Alexandre

Faut-il vraiment attendre les "saints de glace" pour planter ?

Le printemps est bel et bien là, enfin ! Les fortes chaleurs que nous avons observées ces derniers jours créent chez nous un emballement prodigieux. Les planches de semis d'où germent nos futurs plants se développent à vitesse grand V ! Tomates, aubergines, concombres et autres espèces sensibles au gel vont bientôt trouver leur place au potager ! ... mais une question traîne dans un coin de notre tête. Faut-il prendre en compte la période des " Saints de Glace" ou "Saintes Glaces" ? Passons sur les origines des croyances à l'origine des dictons pour nous concentrer sur l'enjeu pour les jardiniers : faut-il attendre ou non, prendre le risque ?



La permaculture nous aide à y voir plus clair pour agir en conscience et connaissance de cause. Une fois passés les 11, 12 et 13 mai, le risque de gel particulièrement destructeur pour nos plants serait éloigné. Ces dernières années, de nombreuses observations sur l'ensemble du territoire nous font interroger ce dicton. Est-il toujours d'actualité, valable, au regard des épisodes météorologiques inhabituels ? Un des principes de permaculture nous rappelle que l'important est d'observer notre contexte, notre situation particulière. Des grandes "lois" régissent le monde vivant bien sûr mais rien ne remplacera notre capacité à observer et à en déduire quelles actions et techniques sont adaptées au contexte qui est le nôtre. Est-ce que notre potager est installé dans un couloir de vent ? Comment est-il orienté ?

Y-a-t-il des arbres ? De quelle taille ? D'autres plantes déjà présentes ?...

Ces caractéristiques conjuguées forment ce que nous appelons des micro-climats. Un micro-climat aura pour effet de protéger des plantes de l'effet néfaste du vent froid. Un autre empêchera une nappe de gel matinal de se poser sur nos plants, un autre encore aura pour effet de piéger les rayons du soleil, augmentant très localement la température du sol et de l'air. Et bien d'autres encore auront un impact significatif sur notre espace cultivé.

Année après année, en adaptant nos lieux sur la base de ces observations, nous pourrons avancer et prolonger nos récoltes, mieux protéger les espèces sensibles, accroître nos rendements...


Vous commencez à deviner qu'une réponse générale tranchée serait bien hasardeuse... Notre réponse chez Kiwi Nature est "ça dépend" ! Si vous craignez de voir vos jeunes plants dépérir suite à une possible période de gel tardif, effectivement attendez.

... mais si rien ne se passe ? Votre jardin potager recèle déjà une multitude de micro-climats ! Pourquoi ne pas tenter de transplanter des pieds de tomates, des courgettes, de plants sensibles au gel, et observer ?


La solution que nous choisissons c'est de semer plus de plants que nécessaire, d'en transplanter avant les Saints de Glace et d'observer. Si toutefois les plants ont été atteint par du gel, il nous reste une réserve. Si les premiers plants prospèrent, nous partageons les plants en trop ! C'est une façon d'atteindre un des principaux objectifs en permaculture : redistribuer les surplus et générer l'abondance !

En somme : testez, essayez ! Nelson Mandela, qui devait être jardinier, a expliqué "Je ne perds jamais, soit je gagne, soit j'apprends."

Abonnez-vous pour recevoir par mail les prochaines dates d'ateliers (Sorties, Stages, Formations)

NOUS CONTACTER :

Mail : davycosson.kiwi@gmail.com

Téléphone : 06 99 43 12 93

© 2020 by Kiwi