Des plantes aromatiques rustiques pour toute l'année au jardin

Article rédigé par Adélaïde Berthier de Kiwi-Nature le 17/01/2017

Il existe de nombreuses plantes aromatiques et médicinales, certaines demandent plus d’entretien que d’autres.

 

Voici quelques variétés assez rustiques, elles demandent peu d’entretien, peuvent se multiplier simplement et quelques-unes vous régaleront toute l’année.

 

Ail des ours (Allium ursinum)

Les vertus médicinales de cette plante sont connues depuis l’Antiquité. Originaire d’Asie, elle possède les mêmes principes actifs que l’ail commun, dépurateur, hypotenseur et antiseptique, avec une concentration plus importante.

Elle peut atteindre une hauteur de 50cm.

Ses feuilles, vertes clair et brillantes, ressemblent à celles du muguet. Attention de ne pas les confondre, le muguet est toxique

Si vous voulez en installer chez vous, plantez-la au printemps quand elle est bien développée (environ 30cm).

Préférez une terre bien drainée, légère et riche en humus, dans un coin ombragé. En principe, elle est assez résistante face au froid d’hiver surtout quand les bulbes sont au repos.

Elle est peu exigeante en soin, un peu d’eau et de désherbage pendant la période de végétation. 

Une fois en place, elle n’est pas prête de disparaitre, elle peut rester en place entre 5 et 10 ans. Pour la multiplier c’est simple et rapide.

Elle se propage grâce à ses graines, vous pouvez également procéder par division des souches.

Vous pourrez faire vos récoltes quand elle sera en végétation, au printemps.

Côté cuisine, vous pouvez laisser parler votre imagination, les feuilles en salades, les fleurs pour décorer les plats et les bulbes à utiliser comme de l’ail.

Vous pourrez en faire des sirops, des cataplasmes, des décoctions ou des teintures. 

Basilic perpétuel (Ocimum gratissimum)

Originaire d’Afrique du sud ce basilic est peu connu en France.

Pourtant, sa saveur poivrée avec une note camphrée est intéressante. Et surtout il peut se récolter toute l’année ! Il se consomme comme un basilic commun. 

Il peut atteindre 1 mètre de haut. Il vaudra mieux, malgré tout, le cultiver en pot pour pouvoir le mettre à l’abri en hiver (principalement pour les zones au nord de la Loire).

Pour que votre plante s’épanouisse au mieux, installez-la au soleil et hors d’une zone de courant d’air.

De juin aux premières gelées, ses fleurs dans les tons rose, mauve et violet viendront donner de la couleur à votre jardin.

Concernant l’entretien, arrosez la régulièrement.

Si vous voulez développer la végétation et la charpente, coupez les feuilles.

Lors des belles journées d’hiver, vous pouvez la sortir un peu, cela évitera les risques de pourritures.

Pour la multiplier, prélevez de jeunes rameaux herbacés d’une dizaine de centimètres, au printemps et plantez-les à l’étouffée* dans un petit pot et à l’abri du froid.

*Planter à l’étouffée : placer les boutures en mini-serre, sous cloche, sous une demi-bouteille en plastique transparent équipée de son bouchon, pour obtenir une ambiance humide empêchant le dessèchement des boutures. Vous pouvez aérer si la condensation est vraiment trop importante.

Céleri à couper (Apium graveolens)

Cette plante est connue depuis l’antiquité et elle a toujours tout pour plaire.

Elle parfume les plats et peut se manger comme un légume.

Elle est peu énergétique, dépurative, diurétique, carminative, stomachique et tonique.

Si vous voulez la cultiver, il faudra l’installer en automne dans un sol profond, bien drainé et riche en humus. La zone devra être ensoleillée.

Choisissez bien l’endroit, car elle peut rester plus de 5 ans en place.

Concernant l’entretien, paillez le sol (cosses de sarrasin ou paille de lin) et coupez les inflorescences régulièrement.

Pour la multiplier, il faudra passer par le semis (au printemps en caissette ou début mai en semi direct).

Cette plante est rustique et vous procurera à manger toute l’année. Les feuilles s’abiment vite une fois qu’elles sont coupées, donc prélevez au fur et à mesure juste ce dont vous avez besoin. 

En cuisine, les feuilles donneront du goût à vos soupe, salade, pot au feu ou autres préparations. Les côtes se consomment plutôt sautées ou en gratins. Les racines, plus piquantes relèveront vos purées ou vos rémoulades.

Cerfeuil musqué (Myrrhis odorat)

Plutôt répandue au dessus de 500 m dans les Alpes, le Jura et les Pyrénées, cette plante possède de nombreux atouts. Elle vous sera utile en cuisine pour aromatiser vos plats d’une saveur anisée.

Du côté médicinale, elle est antirhumatismale, carminative, cicatrisante, dépurative, digestive diurétique et expectorante contre les bronchites et les toux.

Pour la cultiver, deux solutions : soit vous réalisez un semi à l’automne, ça peut être assez délicat pour un amateur, soit vous la plantez au printemps. Dans tous les cas, une fois installée évitez de la transplanter, elle n’aime pas.

N’hésitez pas au début à mettre un tuteur à côté de la plante, pour ne pas risquer de l’abimer. Quand elle sera bien visible, vous pourrez le supprimer.

Elle affectionne la mi-ombre et un sol profond riche en humus.

Pour l’entretien, coupez les inflorescences et arrosez régulièrement, surtout de mars à septembre, au moment de la récolte. En hiver, si les températures franchissent la barre des -10°C, protégez la souche avec de la paille ou des feuilles sèches. Si votre terre est humide, couvrez avant d’atteindre ces températures.

Pour multiplier vos pieds, divisez la souche en automne ou au début du printemps. Veuillez à ce que chaque nouvelle plante ait de bonne racine. Replantez aussitôt à mi-ombre et arrosez.

Pour la cuisine, vous pourrez parfumer vos plats avec ses feuilles, ses graines non mûres, iront dans vos salades ou gâteaux et ses racines se consomment comme le panais. Et pour les plus créatifs, les feuilles finement séchées, teintées ou non, décoreront vos bougies ou votre table.

Roquette vivace (Diplotaxis tenuifolia)

Une plante rustique par excellence et riche en vitamine ! Cette roquette à un goût un peu plus prononcé que la maraichère et vous permettra de faire le plein en vitamine C, B9, K et en calcium. 

Si vous voulez l’installer chez vous, rien de plus simple. Plantez-la au printemps et un moins plus tard vous pourrez (déjà !) commencer vos récoltes.

N’hésitez pas à vous servir, plus vous couperez, plus elle sera tendre et généreuse.

Préférez un coin plutôt ensoleillé pour l’installer.

Concernant l’entretien, arrosez surtout en l’été, désherber, coupez ses feuilles régulièrement et supprimez ses fleurs.

Si jamais vous trouvez que les altises estivales sont un peu trop présentes, découragez les en brumisant les feuilles pendant les journées chaudes.

La plante restera en place quelques temps. Si vous souhaitez la multiplier, récupérez les graines cachées dans les siliques.

 

La récolte se fera de mars aux gelées. Une fois coupées, les feuilles se conservent peu de temps. En l’installant près de la cuisine, vous pourrez faire votre cueillette juste avant de cuisiner. Ses feuilles parfumerons une salade, une omelette, une pizza, des pates ou des légumes, à vous de choisir et de tester. Les fleurs sont également comestibles, et ont un gout piquant et sucré.

Sources :

Le potager perpétuel, Philippe Collignon & Bernard Bureau, édition Ulmer

Abonnez-vous pour recevoir par mail les prochaines dates d'ateliers (Sorties, Stages, Formations)

NOUS CONTACTER :

Mail : davycosson.kiwi@gmail.com

Téléphone : 06 99 43 12 93

© 2019 by Kiwi