Le plantain majeur, intermédiaire ou lancéolé (Plantago major media ou lanceolata)

Travail de recherche effectué par Davy Cosson et Elsa Defrenet

Article rédigé par Adélaïde Berthier le 05/04/2017

Le plantain est méconnu de nos jours alors qu’il possède de nombreuses propriétés et qu’il était très utilisé jusqu’au début du 20ème siècle. Il est excellent en cuisine, avec son goût qui rappelle celui du champignon. Il est très utile dans la trousse de secours pour soigner les petits bobos (piqures, écorchures, maux de gorge…). Et il est facile à identifier !

 

Il existe un très grand nombre d’espèces de plantains, plus de 200. Elles sont disséminées un peu partout sur la planète. Les plus courantes dans nos régions sont plantago major, plantago media, plantago lanceolata. Elles sont réputées pour avoir les mêmes propriétés médicinales. Vous pourrez donc utiliser l’une des 3 espèces.

Dans le même genre mais à ne pas confondre, vous connaissez peut être également le plantago psyllium, ces graines sont vendues en pharmacie, comme un laxatif léger.

 

L’origine du nom

Il y a deux théories. Plantago pourrait signifier « plante qui agit », en références aux propriétés médicinales que lui ont attribuées les Romains ou bien, ça pourrait vouloir dire « plante des pieds », une allusion à la forme des feuilles de certaines espèces.

Les caractéristiques

C’est une plante vivace de 10 à 50 cm de haut, avec au sommet une inflorescence en forme d’épi cylindrique qui mesure entre 4 et 12 centimètres de long... Les feuilles peuvent avoir différentes formes et c’est principalement grâce à elles que l’ont peut identifier l’espèce (major, media ou lanceolata). Si c’est un plantain majeur, elles peuvent mesurer de 5 à 20 centimètres de long. Elles seront plutôt larges, ovales, de couleur vert mat, assez épaisses et rarement velues. Elles possèdent 5 à 9 nervures parallèles et saillantes. Si c’est un plantain intermédiaire, les feuilles seront un peu moins grosses et légèrement velues. A noter, l’inflorescence sera également légèrement plus courte. Si c’est un plantain lancéolé, les feuilles seront nettement plus longues et plus fines. La forme rappellera celle d’une lance. Concernant l’inflorescence, elle sera plus petite et sa forme rappellera celle d’un œuf.

 

Du côté géographique, cette plante se trouve assez facilement, sauf en milieu forestier. Elle a pour rôle de décompacter le sol. Vous la trouverez donc partout ou les hommes, les machines ou les animaux passent régulièrement, que ce soit dans les jardins, les prairies ou les bords de chemins.

Au cours de l’histoire

Le plantain serait plutôt originaire de l’Europe et les colons auraient amenés cette plante en Amérique via les semelles de leurs chaussures. Les Amérindiens l’ont donc baptisée « Pied de l’homme blanc »

 

Dans l’histoire on retrouve surtout des traces du plantain lancéolé. Il était l’un des ingrédients de plusieurs préparations tel que l’Eau d’arquebusade (un apéritif astringent, dépuratif et rafraichissant indiqué pour soigner de nombreux maux), l’eau de plantain (préparée par les apothicaires et ayant des propriétés sédatives et adoucissantes sur certaines plaies).

Depuis l’antiquité, de nombreuses vertus lui ont été associées. Pour les druides il revêtait un caractère sacré. Saint Hildegarde de Bingen lui attribuait des vertus cicatrisantes et expectorantes. Trotula de Salerne le prescrit pour traiter certains problèmes gynécologiques.

Ses vertus et son utilisation

Les nombreuses vertus du plantain s’expliquent grâce à sa composition.

Riche en vitamine A, il est un atout pour la peau, les yeux et les bronches. Riche en vitamine B, il est utile au niveau du métabolisme des protéines, de la synthèse du sang et de la régénération des cellules.

Le mucilage et la pectine lui donnent des propriétés adoucissantes.

Les tanins astringents permettent de resserrer les tissus.

La choline et divers alcaloïdes (dont la noscapine) expliqueraient ses propriétés antihistaminiques et donc ses effets bénéfiques en cas d’allergie.

Ses propriétés antibiotiques et anti-inflammatoires peuvent également être comprises scientifiquement, grâce à la présence, après hydrolyse de l’apigénine.

 

Pour résumer, cette plante peut vous être utile dans de nombreuses situations :

Ses propriétés adoucissantes et astringentes en font un allié pour réguler le transit intestinal (que ce soit un problème de diarrhée ou de constipation).

Elle est antiseptique et expectorante, elle est conseillée pour calmer les toux, les bronchites.

Et c’est la plante de référence pour prendre soin de nos muqueuses.

Pour utiliser le plantain, vous pouvez faire des sirops, macéras, baumes… Mais il existe aussi des solutions instantanées !

 

En cas d’irritation suite à une piqûre ou à une brulure, et même sur une écorchure, appliquez directement quelques feuilles froissées sur la partie touchées. Pour plus d’efficacité, vous pouvez mâcher les feuilles pour extraire le jus et faire une pâte avec votre salive avant de l’appliquer. Ce cataplasme permettra de calmer la douleur et le saignement, de participer à la désinfection et à la cicatrisation.

 

Sinon faite une décoction : 10 à 20g de plante entière dans 1 litre d’eau et laissez bouillir 10 minutes. Vous pourrez utiliser cette préparation en tisane, en gargarisme, ou en lotion.

L’utilisation de ce bain de bouche vous soulagera en cas d’inflammation des gencives et d’aphtes.

 

Les feuilles peuvent se consommer crues dans une salade. Dans ce cas privilégiez des feuilles jeunes, elles seront plus tendres. Vous pouvez également les cuisiner comme des épinards, et les incorporer dans une poêlée de légumes, une soupe, une tarte, une quiche, une omelette…

Laissez parler votre imagination !

Velouté de plantain

Récoltez des feuilles de plantain, lavez-les et coupez-les assez finement.

Faites-les revenir à la poêle quelques minutes avec du beurre ou de l’huile.

Ajoutez un verre d’eau ou de lait et faire cuire à feu doux pendant 15 minutes.

Ajoutez 25 cl de crème, du persil et deux gousses d’ail émincées ou de l’ail des ours

Versez dans un faitout et allongez avec de l’eau bouillante ou du lait et remettre à chauffer quelques minutes.

Mixez et régalez vous !

* Si vous n’allongez pas avec l’eau ou le lait, vous aurez une sauce au lieu d’un velouté.

Sources :

Abonnez-vous pour recevoir par mail les prochaines dates d'ateliers (Sorties, Stages, Formations)

NOUS CONTACTER :

Mail : davycosson.kiwi@gmail.com

Téléphone : 06 99 43 12 93

© 2019 by Kiwi